Tout sur les capacités insoupçonnées du cerveau

0
135

Comment fonctionne le cerveau pendant l’apprentissage ? Lorie-Marlène Brault Foisy, chercheuse en éducation et professeure à l’École d’éducation de l’UQAM, a donné quelques réponses. Un témoignage éclairant et éclairant, car l’apprentissage tout au long de la vie est devenu une priorité pour faire face aux changements permanents auxquels nous sommes confrontés.

Nous vous disions il y a quelques semaines que la compétence la plus recherchée en 2019 est l’adaptabilité. À une époque de changements technologiques rapides mais de pénurie de talents, l’apprentissage est plus important que jamais et est la clé de la carrière et du développement personnel.

Afin de comprendre le sujet de la formation, nous vous recommandons de revenir aux bases et de mieux comprendre… le fonctionnement du cerveau. Notre cerveau est en effet le premier agent que nous apprenons.

Pour plus d’articles, visitez nos blogs.

Plasticité du cerveau, répétition et récupération active

Un des principes de base à connaître en premier : Le cerveau est flexible et peut s’adapter pour stocker de nouvelles informations. C’est pourquoi nous pouvons apprendre de nous-mêmes. Jetons donc un coup d’œil à l’adaptation qui se produit lorsque nous étudions.

Qu’arrive-t-il à notre cerveau pendant nos études ? Les neurones vont s’activer et se connecter ensemble. Par conséquent, nous assistons à des changements dans les connexions neuronales.

Ceux-ci peuvent être modifiés de différentes manières : de nouvelles connexions peuvent apparaître, ou des connexions peuvent disparaître, ou des connexions peuvent augmenter ou diminuer leur efficacité. Les chercheurs ont utilisé l’analogie de la forêt pour expliquer ce mécanisme.

L’effet d’espacement

Autre leçon de l’analyse des fonctions cérébrales : au lieu de présenter le contenu de la formation en groupe, il vaut mieux répartir le contenu dans le temps. Concrètement, au lieu d’entraîner un contenu pendant 4 heures, il vaut mieux le diviser en 4 blocs de 1 heure ou 8 blocs de 30 minutes.

Des études ont montré que lorsque l’apprentissage est spatial, le cerveau de l’apprenant reste plus actif à chaque étape de la formation. Pendant les 4 heures d’entraînement, on s’est rendu compte que le cerveau s’était progressivement détaché. Lorsque le contenu est l’espace, l’activité cérébrale est maintenue.

L’inhibition cognitive

Un petit jeu pour illustrer ce point. Répondez à cette question dès que possible : Que boivent les vaches ?

Vous dites lait ? Ce n’est pas la bonne réponse (juste de l’eau). Mais ne vous inquiétez pas, cette erreur est “normale”. Vous êtes induit en erreur par votre cerveau, il créera automatiquement des associations, comme des associations de lait, afin d’être plus efficace dans notre prise de décision au quotidien.

Pour en savoir plus sur nos capacités insoupçonnés, Dr. Joe Dispenza offre une formation approfondie sur ce sujet